Remèdes anthroposophiques

De Psiram

Les remèdes anthroposophiques (Anthroposophica) sont les médicaments spécifiques de la médecine anthroposophique. Selon les idées anthroposophiques, les remèdes devraient conduire à une restauration de l'équilibre des éléments de l'être postulés par Steiner (corps éthérique, corps astral et le moi ou corps égotique), qui entourent le corps comme une aura. Dans de nombreux cas, ces substances sont administrées sous forme homéopathique, sans que l'utilisation de ces remèdes soient cependant une utilisation homéopathique qui [elle] est basée sur des hypothèses complètement différentes. On ne sait rien de l'efficacité des remèdes anthroposophiques au-delà de l'effet placebo. Ils ne sont pas reconnus en médecine scientifique.

Les remèdes anthroposophiques se composent de matières premières végétales, animales ou minérales, qui sont pressées, séchées, cuites ou réduites en cendre, préparées et diluées de façon similaire à l'homéopathie.

Le tussilage, la pétasite ou la guimauve, par exemple, sont des composants de préparations contre les maladies pulmonaires ; la figue, la bardane, le poivre de muraille de remèdes contre les problèmes gastro-intestinaux. L'attribution des plantes à certains organes ou maladies d'organes s'effectue par des associations de couleurs et de formes : Les feuilles de pissenlit jaune ou le curcuma javanais, par exemple, servent à traiter les maladies du foie, qui tachent la peau et les yeux de jaune (ictère). D'autres préparations sont faites à partir d'abeilles, de guêpes, de frelons ou de fourmis. Ceux-ci sont généralement écrasés vifs ou réduits en purée afin de transférer leur "force vitale" dans le médicament.

De plus, des remèdes anthroposophiques sont également produits à partir de poisons d'araignées et de serpents ; "Sepia officinalis" [1], la sécrétion séchée de la glande à encre du calmar comme remède universel pour presque toutes les "maladies des femmes" (type patient : le plus souvent brune, émotionnellement dure et distante, femme de carrière sportive), Amra grisea (pour les personnes âgées le "produit d'excrétion de l'intestin du cachalot"), Colon suis (intestin de porc), Dens bovis (dent de vache), Mucosa oculi suis (muqueuse de l'oeil du porc), Prostata bovis, Anus bovis (prifizium analis de vache), Dens bovis (muqueuse de l'œil du porc), Vagin bovis, peau de fœtus bovins femelles, sécrétions de crapauds, encre sépia, fourrure de taupe séchée contre la chute des cheveux, bois de cerf râpé pour la sclérose en plaques, sécrétion glandulaire du musc mâle contre l'hystérie, squelettes d'éponges ou "pierres d'estomac d'écrevisses". Également des préparations à base de bile de requin ou de bile de boeuf, de corne de cerf, de poils de taupe, de sécrétions glandulaires de rat musqué, de castor et de mouffette. Selon Steiner, l'épeire diadème, par exemple, porte "beaucoup de vie planétaire en elle" et serait "prise dans des connexions cosmiques de nature extraterrestre". Comme, avec elle, pourraient être stimulées les forces astrales qui s'expriment particulièrement dans le mouvement, il est recommandé de l'utiliser pour les maladies musculaires et les troubles nerveux associés aux impulsions du mouvement. Les préparations minérales contiennent, entre autre, du quartz, de l'onyx, du jaspe, du silex ou de l'opale en tant que composés de silice ; elles sont utilisées pour les troubles du "système nerveux sensoriel".

Les fourmis, les guêpes, les abeilles, les frelons et même les araignées comme, par exemple, l'épeire diadème et la mygale, sont potentialisées de manière rythmique dans des creusets de laboratoire anthroposophiques et transformées en remèdes. Dans le cas des abeilles et fourmis "formatrices d'état", on reconnaît une "impulsion du Moi" qui correspond à "l'image de la création" de l'homme. Grâce à l'utilisation thérapeutique d'Apis (abeille entière), on stimule les forces du Moi, de la chaleur et de la lumière. Les indications pour Apis sont les inflammations locales ainsi que les changements dégénératifs du système nerveux. Pour transférer la "force vitale" aux médicaments respectifs, les abeilles et les fourmis devraient être "écrasées vivantes ou réduites en purée".

Dans la médecine anthroposophique, les préparations dites métalliques faites à partir des métaux du "système planétaire intérieur" occupent une place particulière : plomb, fer, or, cuivre, mercure, argent et étain. Le plomb correspond à Saturne et doit donc être utilisé pour les maladies de la rate, le fer avec Mars, qui prédestine les préparations contenant du fer pour le traitement des problèmes biliaires ; l'argent comme métal lunaire est indiqué pour les maladies de l'organe lunaire : le cerveau. Outre les préparations à base de métaux sous forme "naturelle", les préparations à base de "métaux stabilisés végétaux" sont préférées. Selon les spécifications de Steiner, les métaux en question sont soumis à des processus élaborés de recuit, de fumage et de précipitation jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des résidus poreux ; à partir de ceux-ci, un "engrais original" est produit, qui est appliqué sur les graines de la plante médicinale correspondante dans une dilution dans l'eau à 1:1.000.000.

La plante médicinale anthroposophique la plus connue est le gui (Viscum album), qui est principalement utilisé pour guérir le cancer (thérapie au gui). Le gui serait capable d'inverser le processus de dissociation des éléments de l'être, parce qu'il serait lié aux forces des lunes vieilles. Le gui absorberait l'éther lune-terre, mais se tournerait ensuite vers l'environnement avec un "geste de recherche de la lumière prononcé" et vaincrait la tendance à la prolifération en elle-même avec cette connexion à la lumière. Les préparations à base de gui de pommier sont préférées pour les patientes et les préparations à base de [gui de] chêne pour patients [masculins].

Cependant, il a été démontré que l'utilisation de préparations à base de gui favorise le cancer, par exemple dans les lymphomes et les métastases cérébrales. La Stiftung Warentest est donc parvenue à la conclusion dans son manuel de 1996 "Die andere Medizin" (L'Autre Médecine) que les diagnostics anthroposophiques doivent être rejetés et que le traitement du cancer par des préparations de gui ne peut être recommandé.

Les remèdes anthroposophiques sont souvent utilisés comme préparations combinées (semblables aux remèdes complexes de l'homéopathie). La société pharmaceutique anthroposophique Weleda produit un grand nombre de ces remèdes.

L'attribution des différentes préparations ou des substances qu'elles contiennent à certains troubles ou maladies n'est pas rationnellement compréhensible et scientifiquement prouvée par rien. Comme les remèdes homéopathiques, les remèdes anthroposophiques font également l'objet d'une exception en droit pharmaceutique : leur effet n'a pas besoin d'être prouvé sur la base de critères scientifiques, qui constituent la référence pour l'approbation de tout autre médicament. Il n'y a pratiquement pas d'essais cliniques contrôlés en dehors du consensus interne anthroposophique ; il n'existe que des études qui donnent à réfléchir sur l'utilisation des préparations à base de gui.

Références

  1. https://fr.scio.pw/Seiche_commune