Peter Mayne

De Psiram
Peter Mayne en 2015
Capture d'image sur un article du journal australien Camden Haven Courier[1]

Peter Mayne (ou Peter J Mayne, Peter James Mayne) est un médecin généraliste australien qui exerçe/exerçait dans la région de Laurieton en Nouvelle-Galles du Sud en Australie, en fait, au Laurieton Medical Centre, 89 Bold St Laurieton 2443 Australia. Il est membre de l'ILADS, membre du Comité consultatif médical (Medical Advisory Panel) de The Charles E. Holman Foundation, association qui soutient l'idée de l'existence d'une maladie des Morgellons d'origine infectieuse, membre du Conseil consultatif du laboratoire Australian Biologics.

Il était précisé sur son site:
Dr Peter James Mayne MBBS Sydney University
DPD (Dermatology) Cardiff University 2005
IDD International Dermoscopy Diploma Graz University 2008 - Distinction
FACRRM Fellow Australian College Rural and Remote Medicine
Member of ILADS - International Lyme and Associated Diseases Society
Member of ACIDS - Australian Chronic Infectious Disease Society [nom devenu depuis ACIIDS, Australian Chronic Infections & Inflammatory Disease Society][2][3]

Biographie du Dr Mayne par lui-même

Dr Peter Mayne MBBS (Sydney) DPD (Cardiff) IDD (Graz) FACRRM

Le Dr Peter Mayne est professeur associé honoraire au Département de médecine de l'Université de Cardiff (dermatologie) et membre actif de l'ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society). Il a également suivi une formation médicale sur la maladie de Lyme aux Etats-Unis.

Le Dr Mayne est un médecin généraliste rural qui traite la maladie de Lyme depuis plus de 22 ans dans son cabinet actuel à Laurieton NSW, juste au nord de Newcastle, en Australie. Depuis 1991, pendant quelques années, des chercheurs de l'Université de Newcastle proposaient la détection par PCR de la maladie de Lyme à partir de tiques, et à partir de ce moment, il a trouvé de nombreux patients atteints d'une infection confirmée de la maladie de Lyme. Le Dr Mayne a été le premier à identifier la mouche de mars [en anglais: march fly] (mouche du cheval) comme un autre vecteur en Australie. En 2004, il a suivi une formation en dermatologie puis en dermoscopie. Son intérêt pour les manifestations dermatologiques à long terme de la maladie de Lyme s'est accru. En 2009, il s'est impliqué dans les tests de sensibilité clinique de la détection par PCR de la maladie de Lyme chez Australian Biologics avec analyse de ses patients pour tester les amorces. Il a ensuite pu à nouveau avoir accès à la détection par PCR de la maladie de Lyme et, à partir de là, il a trouvé des patients atteints de la maladie de Lyme chronique. Il reçoit maintenant des références de toute l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l'Asie du Sud-Est. La maladie de Lyme constitue maintenant une composante considérable de sa pratique.

Le Dr Mayne croit que la maladie de Lyme n'est pas seulement la maladie de Lyme, il existe d'autres coinfections nées de tiques. En Australie, il s'agit de Bartonella, Babesia microtii, Babesia duncanii et d'une série d'infections rickettsi dont trois sont uniques à l'Australie. En collaboration avec un autre collègue australien, il existe maintenant des preuves de différentes souches cliniques de Babesia et de Bartonella sur ce continent. Bien que toutes ces maladies puissent être transmises par les tiques, les puces sont connues pour être des vecteurs de la Bartonella. D'autres arthropodes vecteurs seront sans doute identifiés dans ces maladies, car il s'agit d'un domaine en pleine explosion de la science médicale en Australie pour le moment. En plus des coinfections standard, ces patients fourniront toujours des preuves d'autres infections virales, bactériennes et fongiques. Les plus frappantes sont Mycoplasma, y compris les fermentans et Chlamydia pneumoniae. Le Dr Mayne traite toutes ces infections de manière appropriée et utilise les directives [guidelines] ILADS pour le traitement de Lyme.

Il y a beaucoup de patients qui ont été vus dans sa pratique avec des diagnostics de Parkinson, de sclérose en plaques, de neurone moteur et de SLA [Sclérose Latérale Amyotrophique, également appelée dans le monde francophone (sauf au Québec), maladie de Charcot] [4] où une évaluation approfondie a mené à la preuve en laboratoire de la maladie de Lyme, [selon le Dr Mayne]. Ces scénarios n'ont cependant pas été faciles à traiter en raison de la nature avancée de la maladie à l'étude.

Le Dr Mayne publie activement des données sur ses travaux de Lyme à partir de décembre 2011 avec Emerging Incidence of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis and granulocytic ehrlichiosis en Australie. Comme son titre l'indique, cet article commence à explorer l'incidence de la lyme et de ces coinfections en Australie. Il s'agit du premier ouvrage publié sur le sujet clinique depuis environ 18 ans. Elle a été suivie d'une étude des génotypes de Borrelia burgdorferi en Australie, obtenus à partir de tissus d'érithèmes migrants, qui prouve l'existence de la maladie de Lyme en Australie et amorce le processus d'identification des génotypes locaux du lyme. Il a d'autres recherches sont à paraître dans un proche avenir.

La maladie des Morgellons est une dermopathie cutanée spirochaétale connue pour être étroitement associée à la maladie de Lyme. D'importantes recherches ont été publiées à ce sujet à la fin de 2011 et en 2012. La Fondation Charles Holman est la seule organisation qui s'intéresse officiellement à l'avancement des connaissances sur cette maladie. Le Dr Mayne siège au conseil scientifique de l'organisation et a présenté un exposé sur les caractéristiques dermatologiques et le diagnostic différentiel de la maladie lors de la dernière conférence annuelle à Austin. C'est l'objet du présent document de recherche qu'il rédige encore aujourd'hui. Ce document vise à éliminer le concept de délire parasitaire de la terminologie médicale et à éliminer le stigmate social de la maladie, en particulier chez les enfants.

Le Dr Mayne évalue et traite les enfants qui ont reçu un mauvais diagnostic de TDA, de TDAH, d'autisme et d'Aspberg pour la maladie de Lyme et les coinfections associées. Il raconte la joie de voir l'amélioration chez les enfants atteints de Lyme.

Pour télécharger gratuitement en format PDF les publications du Dr Mayne, cliquez sur les liens ci-dessous pour accéder à Dove Press :

Télécharger : Emerging Incidence of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis and granulocytic ehrlichiosis in Australia.

Télécharger : Etude des génotypes de Borrelia burgdorferi en Australie obtenus à partir de tissus érythémateux migrans.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator [5]

Présentation de Peter Mayne sur le site de la The Charles E. Holman Morgellons Disease Foundation

Laurieton NSW, Australie

Médecin généraliste Dermatologue Comité consultatif médical

Le Dr Peter Mayne est dermatologue généraliste et a un grand cabinet actif à Laurieton, en Nouvelle-Galles du Sud, juste au nord de Newcastle, en Australie. Il traite la maladie de Lyme et d'autres maladies transmises par les tiques depuis plus de 22 ans dans son milieu de pratique actuel et il est professeur associé honoraire au Département de médecine de l'Université de Cardiff (dermatologie). Il est un pionnier dans la reconnaissance de la maladie des Morgellons au sein de la dermatologie et dans la prise en charge de cette maladie multisystémique, et non pas seulement d'un problème de peau.

Le Dr Mayne se joint à nos efforts avec une vision optimiste à l'horizon. Il est devenu une force forte et positive dans l'éducation de ses pairs ainsi que de tous les membres de la communauté médicale sur la maladie des Morgellons. En 2011, le Dr Mayne a fait une présentation bien accueillie sur la maladie des Morgellons lors d'une conférence médicale dermatologique tenue à Cardiff, au Pays de Galles, en Angleterre. C'est avec un espoir renouvelé qu'en combinant ses connaissances et son expertise avec celles des autres membres de notre équipe de recherche, nous prouverons bientôt au monde entier que la maladie des Morgellons est une maladie physiologique et débilitante qui présente une pathologie unique.[6]Traduit avec www.DeepL.com/Translator

The Charles E. Holman Morgellons Disease Foundation a publié une vidéo du Dr Peter Mayne intitulée "Peter Mayne, MD: Point by Point Analysis of and Critique of the CDC Morgellons Report" (Peter Mayne, MD : Analyse point par point et critique du rapport Morgellons du CDC)[7]

Les ennuis de Peter Mayne avec les autorités de santé australiennes

Le Dr Mayne, début 2012, a diagnostiqué chez un de ses patients, âgé de 68 ans, fumeur, souffrant d'une maladie pulmonaire obstructive chronique et également d'une cardiopathie ischémique, d'hypertension et d'emphysème documentés, une maladie de Lyme. Il l'a traité avec une antibiothérapie longue. Début 2013, le patient (désigné dans la procédure ci-dessous par Patient A) a été transféré dans un autre centre médical où il a été soigné par d'autres médecins, qui lui ont diagnostiqué un cancer du poumon avec des neurones secondaires. Il est décédé à la mi-2013, à l'âge de 69 ans [de son cancer du poumon].[8]

Le Dr Mayne a été discipliné le 12 mai 2017 par les autorités de santé australiennes

[traduction à l'aide de Deepl et google-traduction:]
Dr Peter Mayne - Conduite professionnelle insatisfaisante
12 mai 2017
La Commission des plaintes relatives aux soins de santé [Health Care Complaints Commission (HCCC)[9]] a déposé une plainte contre le Dr Peter Mayne devant un Comité des normes professionnelles médicales. La Commission a allégué que le traitement d'un patient par le Dr Mayne en 2012 et au début de 2013 constituait une conduite professionnelle insatisfaisante en ce sens que le Dr Mayne, qui travaillait comme médecin généraliste dans la région de Laurieton en Nouvelle-Galles du Sud à l'époque concernée :

- A diagnostiqué de façon inappropriée le patient atteint de la maladie de Lyme ;
- A commencé de façon inappropriée à injecter par voie intramusculaire au patient des antibiotiques pour la maladie de Lyme ;
- A traité de façon inappropriée le patient par des injections d'antibiotiques hebdomadaires puis bihebdomadaires pour la maladie de Lyme sur une période d'environ 30 semaines, mais a omis de faire des recherches ou d'envisager la possibilité que le patient ait le cancer en raison de son âge et des antécédents médicaux ;
- A omis d'obtenir le consentement éclairé du patient pour l'antibiothérapie expérimentale, nouvelle ou non éprouvée de mars 2012 à janvier 2013 ;
- A tenu de mauvais dossiers pour le patient [dans le sens de dossiers medicaux insuffisants] et, ce faisant, contrevenait aux règlements régissant la tenue de dossiers médicaux pour les médecins praticiens.

Le patient n'était pas atteint de la maladie de Lyme et le Dr Mayne a continué de maintenir à l'audience qu'il l'était. Le Dr Mayne a contesté la plupart des allégations mais a fait quelques aveux qu'il a cherché à justifier.

Decision

Le 1er mai 2017, le Comité des normes professionnelles a constaté que toutes les allégations contre M. Mayne étaient fondées et que le comportement professionnel de ce dernier était insatisfaisant. Le Comité a réprimandé M. Mayne. Comme le Dr Mayne n'est pas actuellement un médecin enregistré, le Comité a ordonné que s'il retourne au registre, il doit:

Pratiquer dans une pratique générale de groupe agréée [un centre médical groupé agréé];
- Ne pas conseiller, diagnostiquer ou traiter des patients qu'il croit souffrir ou être atteints de la maladie de Lyme ou d'autres maladies à tiques;
- Pratiquer sous supervision;
- Être soumis à un audit de sa pratique médicale;
- Suivre des cours en prescription de médicaments et en tenue des dossiers.

Autres informations
La décision complète est disponible ici et sera publiée sur le site Web du Medical Council of New South Wales.

Pour plus d'informations, contactez le directeur général de la Health Care Complaints Commission [HCCC], au 9219 7444 ou envoyez un courriel à [email protected][10]

Détails au sujet de la plainte à l'origine des mesures prises par le Comité des normes professionnelles médicales contre le Dr Mayne en 2017

Dates de l'enquête: 30, 31 mars 2017 et 21 avril 2017 Date de la décision: 1er mai 2017

MOTIFS DE LA DÉCISION
RÉSUMÉ
Dr Peter James Mayne, MED00000094343438, MPO07079890, âgé de 68 ans, qui a été, du 9 janvier 1974 au 30 novembre 2015, enregistré comme médecin. Nous avons noté que le Dr Mayne a obtenu son diplôme de MBBS de l'Université de Sydney en 1973 et qu'il est membre du College of Rural and Remote Medicine. Il n'est actuellement pas enregistré.

M. Mayne s'est présenté devant ce Comité des normes professionnelles (le Comité) à la suite d'une plainte déposée par le HCCC [Health Care Complaints Commission [11]]. Les événements qui ont donné lieu à la plainte datée du 25 juillet 2016 du HCCC selon laquelle le Dr Peter James Mayne s'est rendu coupable d'une conduite professionnelle insatisfaisante concernent son diagnostic et son traitement du patient A, qu'il a trouvé atteint de borréliose de Lyme (maladie de Lyme).

Le HCCC a également allégué que la documentation du Dr Mayne dans son dossier médical constituait une violation de l'annexe 2, paragraphes 2(1) et 2(2) du Health Practitioner Regulation (NSW) Regulation 2010 (Regulation).

Le HCCC a allégué que le Dr Mayne s'est rendu coupable de conduite professionnelle insatisfaisante au sens de l'article 139B du Health Practitioner Regulation National Law (NSW) (National Law) (loi nationale), car sa conduite envers le patient A a démontré que les connaissances, la compétence ou le jugement du Dr Mayne dans la pratique médicale ou le soin qu'il a apporté à ce patient étaient considérablement inférieurs aux normes raisonnablement exigibles d'un médecin ayant une formation ou un niveau équivalent d'expérience.

M. Mayne a admis de nombreux des détails de la plainte [du HCCC], mais n'a pas admis qu'il était coupable de conduite professionnelle insatisfaisante par rapport à l'une ou l'autre des deux plaintes.

Toutefois, le Comité l'a reconnu coupable d'inconduite professionnelle insatisfaisante à l'égard des deux plaintes. Le Comité [des normes professionnelles] a ordonné qu'une réprimande et certaines conditions, décrites ci-dessous, soient imposées, qui ne peuvent toutefois être mises en œuvre que si le Dr Mayne redevient membre de l'AHPRA (article 146B(2) de la loi nationale). [AHPRA: Australian Health Practitioner Regulation Agency. Les praticiens de santé en exercice en Australie, médecins, dentistes, pharmaciens, etc. doivent y être enregistrés. C'est ce même organisme qui intervient quand il advient une plainte à l'encontre de l'un d'eux. Un peu comme en France, pour les médecins, avec l'Ordre des médecins et sa chambre disciplinaire] [...]

CONTEXTE GENERAL

Le Dr Mayne travaille dans le domaine de la médecine générale depuis 1975 et exploite des cliniques de médecine générale dans les régions rurales depuis 1978. Il nous a dit que son cabinet, où le patient A était traité, était un cabinet accrédité, avec lui-même et deux autres médecins et un certain nombre d'infirmières. Il a dit au Comité que s'il est ré-enregistré, il n'a pas l'intention de s'occuper d'autres patients atteints de la maladie de Lyme, mais qu'il aimerait déménager dans le Queensland, où vit son fils, et travailler à temps partiel dans une clinique du cancer de la peau, pour laquelle il a une formation.

Le Comité a noté que le patient A avait été un patient au cabinet du Dr Mayne depuis 2006, mais s'était rendu de façon pertinente à l'opération du 13 février 2012 quand le Dr Mayne lui avait diagnostiqué une arthrite migratoire [douleur et/ou gonflement qui atteint successivement une articulation puis une autre]. Le patient A était âgé de 68 ans, fumeur et souffrait d'une maladie pulmonaire obstructive chronique. Il souffrait également d'une cardiopathie ischémique, d'hypertension et d'emphysème documentés.

Au début de 2013, le patient A a déménagé dans un autre centre régional du Queensland, où il a consulté différents médecins. Là, il a reçu un diagnostic de cancer du poumon avec des séquelles cérébrales et est décédé au milieu de l'année 2013, à l'âge de 69 ans.

Dans la plainte qu'elle a déposée auprès du HCCC, la femme du patient A a déclaré que son mari présentait des symptômes continus, y compris une perte de poids, environ un an avant son diagnostic de cancer du poumon. Elle se souvient que le patient A a connu une perte de poids rapide, un gonflement des mains et des pieds et des problèmes intestinaux. Environ six mois avant le diagnostic, elle a également remarqué que le blanc de ses yeux commençait à avoir une couleur orange/rouge. Elle a déclaré que le Dr Mayne était au courant de ces symptômes et a traité le patient A pour certains d'entre eux. Elle a déclaré : Il n'a pas discuté avec moi d'autres diagnostics possibles et a continué à attribuer ces symptômes à la maladie de Lyme.

Le Dr Mayne a déclaré au Comité qu'il avait renoncé à son enregistrement médical après avoir subi deux AVC en 2015. Auparavant, il avait également souffert de problèmes cardiaques. Il a attribué un certain manque de clarté et des trous de mémoire lors de son témoignage oral à l'audience aux effets des accidents vasculaires cérébraux. Le Comité est conscient que les réponses du Dr Mayne aux questions qui lui ont été posées lors de l'audition ont fréquemment suscité des réponses décousues.

Le Comité a entendu un certain nombre d'experts informés tant par le HCCC que par M. Mayne. Nous avons également reçu leurs rapports et publié de la documentation sur la maladie de Lyme dans les documents qui nous ont été soumis. Parmi les experts qui ont témoigné oralement, mentionnons le professeur Miles Beaman, médecin spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste clinique, le Dr Jeannie Ellis, omnipraticienne ayant une vaste expérience en soins de santé primaires et en médecine d'urgence, qui a travaillé dans plusieurs pays étrangers et dans des régions éloignées. Elle a été directrice du service des urgences de l'hôpital Queanbeyan de 2009 à décembre 2014. Nous avons également entendu le Dr Cathy Morris, une omnipraticienne qui exerce en pratique privée et qui s'est décrite comme intégrant spécifiquement les approches intégratives à la médecine pendant plus de 20 ans. Le Dr Morris est notamment membre de l'International Lyme & Associated Diseases Society (ILADS) et a participé à des conférences sur la maladie de Lyme aux États-Unis, ainsi qu'à la formation des praticiens de l'ILADS en 2015. Nous avons noté que le Dr Mayne est également membre de cette association (ILADS) et qu'il a révélé qu'il est conseiller médical auprès de l'Australian Biologics (un laboratoire non accrédité par la NATA), par l'intermédiaire duquel ses tests du patient A pour la maladie de Lyme ont été effectués.

Avant de conclure le contexte de la plainte, il est pertinent d'examiner brièvement l'historique de la présentation du patient A et les renseignements obtenus par le Dr Mayne à l'appui d'une exposition réelle aux piqûres de tiques ou de toute activité entreprise par le patient A au cours de ses voyages pour appuyer un diagnostic de maladie de Lyme.

Nous avons noté qu'à la suite de la première consultation pertinente à cette plainte qui a eu lieu le 13 février 2012, le patient A a été référé pour des tests de dépistage le 17 février 2012, et le 22 février 2012, pour le CD3-CD57 et un examen pour la maladie de Lyme.

Le 27 février 2012, le Dr Mayne a consigné dans ses notes cliniques : Consulter au sujet de la possibilité de la maladie de Lyme - antécédents de piqûres de tiques - antécédents de morsures de tiques - il y a 40 ans susp. [suspection] - antécédents de réaction EM [érythème migrant] - non - voyage oui, Europe oui - zone endémique de tiques oui - liste des symptômes générée et balayée.

Le Dr Mayne a également effectué un examen des nerfs crâniens du patient A le 27 février 2012 et a énuméré un certain nombre d'examens qui pourraient être ordonnés. Cependant, il a enregistré la neuroborréliose comme étant la raison de sa visite. Pour le diagnostic, il a enregistré : Maladie de Lyme - Neuroborréliose de Lyme.

Le 27 février 2012, le Dr Mayne a également demandé au patient d'examiner une auto-évaluation qui figure aux pages 147 et 148 de la pièce H2. La page 147 était intitulée Symptômes de la maladie de Lyme complexe. Le patient devait examiner une longue liste de symptômes et cocher ceux qu'il considérait comme s'appliquant à lui.

Dans son témoignage oral, le professeur Beaman a commenté l'auto-évaluation que le patient A avait faite, notamment en indiquant, par exemple, qu'il avait du brouillard cérébral et des inquiétudes au sujet de sa mémoire. Selon le professeur Beaman, il existe des tests simples pour ces auto-évaluations, par exemple le mini examen de l'état mental. Il a également noté l'âge du patient, qui en 2012 était de 68 ans, et a estimé que les symptômes décrits pouvaient être liés à l'âge. De plus, il a noté que le patient A souffrait également d'hypertension, de cardiopathie ischémique et d'anévrisme de l'aorte abdominale.

Le Dr Ellis était tout à fait d'accord avec le Dr Beaman en ce qui concerne le manque de détails et de certitude dans le diagnostic de la maladie de Lyme par le Dr Mayne et les facteurs généraux et liés à l'âge découlant du formulaire d'auto-évaluation. Le Dr Ellis déclare qu'en outre, la possibilité d'une tumeur maligne occulte chez un homme de 68 ans atteint de MPOC qui fume aurait dû être envisagée.

M. Ellis critique les comptes rendus de la consultation du 27 février 2012. Selon elle, la liste des symptômes et des signes observés pourrait être attribuée à la maladie de Lyme, mais pourrait aussi être attribuée à un grand nombre d'autres affections cliniques qui causent une arthrite migratoire généralisée. Elle note que le Dr Mayne n'a pas entrepris d'examen des articulations impliquées dans l'arthrite migratoire. Elle a noté qu'aucun examen de l'appareil locomoteur n'avait été effectué et qu'aucune radiographie des articulations touchées n'avait été demandée. Cela a été admis par le Dr Mayne dans le cadre de l'examen particulier 1.j. Le Dr Ellis a estimé qu'il s'agissait d'un examen de première ligne standard effectué par un médecin généraliste sur tout patient souffrant d'arthrite migratoire.

Le Comité a noté, d'après la fiche d'information sur la santé de la Nouvelle-Galles du Sud, que : La maladie de Lyme est le plus souvent diagnostiquée par un test de dépistage appelé ELISA, qui est ensuite confirmé par un test Western blot. Ces deux tests détectent les anticorps produits par le système immunitaire d'une personne atteinte de la maladie de Lyme. Il n'y avait aucune indication que le Dr Mayne ait utilisé l'un ou l'autre de ces tests en relation avec le patient A.

Le Dr Morris, bien qu'elle n'ait pas critiqué le Dr Mayne en ce qui concerne son examen du patient A, a convenu que le CD57 n'est pas un test approprié pour le diagnostic de la maladie de Lyme. Elle nous a fait part de sa satisfaction générale à l'égard des examens du Dr Mayne, même si elle a convenu que la documentation était maigre. Elle était satisfaite d'en déduire qu'il avait traité de nombreux domaines d'examen sans les documenter, ni la discussion avec le patient. Comme on le verra plus loin, le Comité n'a pas été aussi satisfait.

DISCUSSION DES PLAINTES

Le HCCC a allégué que le Dr Mayne est coupable de conduite professionnelle insatisfaisante en vertu de l'article 139B(1)(a) de la loi nationale en ce qu'il a eu une conduite qui démontre que les connaissances, la compétence ou le jugement du praticien ou le soin qu'il a exercé dans la pratique de la médecine sont considérablement inférieurs aux normes raisonnablement attendues d'un praticien ayant un niveau équivalent de formation ou d'expérience.

Détails de la première plainte

Les détails de la plainte dans cette affaire sont très détaillés, se chevauchent souvent et vont de 1.a. à 1.j., où il est allégué que le Dr Mayne a diagnostiqué le 27 février 2012 que le patient A était atteint de la maladie de Lyme à tort.

En outre, en particulier 2.a. - 2.d., où il est allégué que le Dr Mayne a indûment commencé les injections intramusculaires de pénicilline au patient A à partir du 6 mars 2012.

En outre, en particulier 3.a. - 3.l., il est allégué que le Dr Mayne a mal géré le patient A entre le 5 mars 2012 et le 2 janvier 2013.

En particulier, il est allégué que le Dr Mayne n'a pas obtenu de consentement éclairé avant d'entreprendre un traitement antibiotique expérimental, nouveau ou non éprouvé avec le Patient A.

M. Mayne a admis certains détails des plaintes dont nous discutons ci-dessous, mais il n'a pas admis qu'il était coupable de conduite professionnelle insatisfaisante ou qu'il avait enfreint un règlement relatif à la tenue des dossiers.

[...]

[Psiram: voir page 33 du document les Dates des injections intramusculaires de Bicillin LA 900mg x 2 reçues par le Patient A][12].

Les études publiées par Le Dr Mayne listées sur PubMed

  • Exploring the association between Morgellons disease and Lyme disease: identification of Borrelia burgdorferi in Morgellons disease patients.
    Middelveen MJ, Bandoski C, Burke J [Jennie Burke une australienne, fondatrice directrice fontatrice et propriétaire du Australian Biologics Testing Services], Sapi E, Filush KR, Wang Y, Franco A, Mayne PJ, Stricker RB.
    BMC Dermatol. 2015 Feb 12;15:1. doi: 10.1186/s12895-015-0023-0. Free PMC Article
  • Clinical determinants of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis, anaplasmosis, and ehrlichiosis in an Australian cohort.
    Mayne PJ.
    Int J Gen Med. 2014 Dec 23;8:15-26. doi: 10.2147/IJGM.S75825. eCollection 2015.
    PMID: 25565883 Free PMC Article PMID: 25879673 Free PMC Article
  • Culture and identification of Borrelia spirochetes in human vaginal and seminal secretions.
    Middelveen MJ, Burke J, Sapi E, Bandoski C, Filush KR, Wang Y, Franco A, Timmaraju A, Schlinger HA, Mayne PJ, Stricker RB. Free PMC Article
  • Characterization and evolution of dermal filaments from patients with Morgellons disease.
    Middelveen MJ, Mayne PJ, Kahn DG, Stricker RB.
    Clin Cosmet Investig Dermatol. 2013;6:1-21. doi: 10.2147/CCID.S39017. Epub 2013 Jan 8.
    PMID: 23326202 Free PMC Article
  • Association of spirochetal infection with Morgellons disease.
    Middelveen MJ, Burugu D, Poruri A, Burke J, Mayne PJ, Sapi E, Kahn DG, Stricker RB.
    F1000Res. 2013 Jan 28;2:25. doi: 10.12688/f1000research.2-25.v1. eCollection 2013.
    PMID: 24715950 Free PMC Article
  • Investigation of Borrelia burgdorferi genotypes in Australia obtained from erythema migrans tissue.
    Mayne PJ.
    Clin Cosmet Investig Dermatol. 2012;5:69-78. doi: 10.2147/CCID.S31913. Epub 2012 Jul 5. PMID: 22956879 Free PMC Article
  • Emerging incidence of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis, and granulocytic ehrlichiosis in Australia.
    Mayne PJ.
    Int J Gen Med. 2011;4:845-52. doi: 10.2147/IJGM.S27336. Epub 2011 Dec 16.
    PMID: 22267937 Free PMC Article

Liens externes

  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4489928/ Antiscience and ethical concerns associated with advocacy of Lyme disease Lancet Infect Dis. Author manuscript; available in PMC 2015 Jul 2.
    Auteurs: Paul G Auwaerter, MD, Johan S Bakken, MD, PhD, Prof Raymond J Dattwyler, MD, Prof J Stephen Dumler, MD, Prof John J Halperin, MD, Edward McSweegan, MD, Prof Robert B Nadelman, MD, Susan O’Connell, MD, Prof Eugene D Shapiro, MD, Prof Sunil K Sood, MD, Prof Allen C Steere, MD, Prof Arthur Weinstein, MD, and Prof Gary P Wormser, MD
    Résumé
    Le plaidoyer en faveur de la maladie de Lyme est devenu un élément de plus en plus important d'un mouvement antiscientifique qui nie à la fois la cause virale du sida et les bienfaits des vaccins et qui soutient des traitements médicaux alternatifs non éprouvés (parfois dangereux). Certains militants présentent la maladie de Lyme, une infection transmise par les tiques limitée géographiquement, comme une maladie insidieuse, omniprésente, difficile à diagnostiquer et presque incurable ; ils proposent également que la maladie cause principalement des symptômes non spécifiques qui ne peuvent être traités qu'avec des antibiotiques à long terme et autres traitements non validés et non traditionnels. Comme d'autres groupes antiscientifiques, ces défenseurs ont créé une sélection pseudoscientifique et alternative de praticiens, de recherches et de publications et ont coordonné des manifestations publiques, accusé des opposants de corruption et de complot, et encouragé les efforts législatifs pour renverser la médecine fondée sur des preuves et la science examinée par des pairs. Les relations et les actions de certains militants, médecins et organismes commerciaux impliqués dans la défense de la maladie de Lyme constituent une menace pour la santé publique.

Références

  1. https://www.camdencourier.com.au/story/3122483/tributes-for-dr-mayne-after-news-his-practice-would-close/
  2. http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:rWCm8U6UW3cJ:www.drmayne.com/
  3. http://www.drmayne.com/doctors.htm
  4. https://fr.scio.pw/Scl%C3%A9rose_lat%C3%A9rale_amyotrophique
  5. https://beyondthebandaid.com.au/dr-peter-mayne-mbbs-sydney-dpd-cardiff-idd-graz-facrrm/ Dr Peter Mayne MBBS (Sydney) DPD (Cardiff) IDD (Graz) FACRRM
    Dr Peter Mayne is a Honorary teaching associate Cardiff University Department of Medicine (Dermatology) and he is also an active member of ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society) and has undergone physician training in Lyme disease in the USA.
    Dr Mayne is a rural general practitioner who has been treating Lyme disease for over 22 years in his current practice setting at Laurieton NSW just north of Newcastle, Australia. From 1991 for a few years Newcastle University researchers were offering PCR detection of Lyme disease from ticks, and from that time he found many patients with proven Lyme disease infection. Dr Mayne was the first to identify the march fly (horse fly) as another vector in Australia. In 2004 he underwent training in dermatology and later dermoscopy. His interest in the long term dermatological manifestations of Lyme disease was sharpened. In 2009 he became involved in the testing of the clinical sensitivity of PCR detection of Lyme disease at Australian Biologics with analysis of his patients to test the primers. He was then able to access PCR detection of Lyme disease again and from that he found patients with chronic Lyme disease. He now takes referrals from all over Australia, New Zealand and South East Asia. Lyme disease now forms a considerable component of his practice.

    Dr Mayne believes Lyme disease is not just Lyme disease, there are other tick born coinfections. In Australia these are Bartonella, Babesia microtii, Babesia duncanii and a range of the rickettsial infections three of which are unique to Australia. In collaboration with another Australian colleague there is now evidence of different clinical strains of both Babesia and Bartonella on this continent. Whilst all of these can be transmitted by ticks, fleas are known to vector Bartonella. Other arthropod vectors will undoubtedly be identified in these diseases as this is an exploding area of medical science in Australia at the moment. As well as the standard coinfections these patients will always provide evidence of other viral, bacterial and fungal infection. The striking ones are Mycoplasma including fermentans and Chlamydia pneumoniae. Dr Mayne deals with all these infections appropriately and uses ILADS guidelines for Lyme treatment.

    There are many patients that have been seen in his practice with diagnoses of Parkinsons, Multiple Sclerosis, Motor neurone disease and ALS where a thorough assessment has led to laboratory proof of Lyme disease. These scenarios have not been easy to treat though because of the advanced nature of the disease at presentation.

    Dr Mayne is actively publishing data on his Lyme work starting in December 2011 with Emerging Incidence of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis and granulocytic ehrlichiosis in Australia. This paper as the title suggests starts to explore the incidence of lyme and those coinfections in Australia. It is the first published work on the clinical subject here for some 18 years. It has been followed by Investigation of Borrelia burgdorferi genotypes in Australia obtained from erythema migrans tissue which further proves the existence of lyme disease in Australia and commences the process of identification of local lyme genotypes. He has more research is to be published in the near future.

    Morgellons disease is a spirochaetal skin dermopathy known to be closely associated with Lyme disease. Considerable important research has been published on this matter in late 2011 and in 2012. The Charles Holman Foundation serves as the only current organisation formally interested in advancing knowledge of the disorder. Dr Mayne serves on the scientific board of the organisation and presented a talk at the last annual conference in Austin on the dermatological features and differential diagnosis of the disorder. This is the subject of his current research paper still in production. This paper will be aimed at removing the concept of delusions of parasitosis from medical terminology, and removing the social stigma of the disease particularly when children are involved.

    Dr Mayne assesses and treats children who have been misdiagnosed with ADD, ADHD, Autism and Aspbergers for Lyme disease and associated coinfections. He relates the joy at seeing the improvement in children with Lyme.

    To access a free PDF download on Dr Mayne’s publications click on the below links to Dove Press:

    Download: Emerging Incidence of Lyme borreliosis, babesiosis, bartonellosis and granulocytic ehrlichiosis in Australia.

    Download: Investigation of Borrelia burgdorferi genotypes in Australia obtained from erythema migrans tissue.
  6. https://thecehf.org/team-members/peter-mayne-md/
  7. https://player.vimeo.com/video/135251080?title=0&byline=0
  8. https://ajp.com.au/news/gp-slammed-lyme-misdiagnosis/ A NSW doctor has been reprimanded and banned from diagnosing or treating Lyme disease after a misdiagnosed patient died of lung cancer (Un médecin de NSW a été réprimandé et interdit de diagnostiquer ou de traiter la maladie de Lyme après qu'un patient mal diagnostiqué soit décédé d'un cancer du poumon) Par Sheshtyn Paola, publié le 19/05/2017
  9. https://en.scio.pw/Health_Care_Complaints_Commission
  10. https://www.hccc.nsw.gov.au/Publications/Media-releases/2017/Dr-Peter-Mayne---Unsatisfactory-professional-conduct The Health Care Complaints Commission prosecuted a complaint against Dr Peter Mayne before a Medical Professional Standards Committee. The Commission alleged that Dr Mayne’s treatment of a patient in 2012 and early 2013 amounted to unsatisfactory professional conduct in that Dr Mayne, who was working as a general practitioner in the Laurieton area of NSW at the relevant time:

    Inappropriately diagnosed the patient with Lyme disease;
    Inappropriately commenced the patient on intramuscular antibiotic injections for Lyme disease;
    Inappropriately treated the patient with weekly and then biweekly antibiotic injections for Lyme disease over approximately 30 weeks but failed to investigate or consider the patient might have cancer due to his age and medical history;
    Failed to obtain informed consent from the patient for the experimental, novel or unproven antibiotic therapy from March 2012 to January 2013;
    Maintained poor records for the patient and in doing so contravened the regulations governing medical record keeping for medical practitioners.
    The patient did not have Lyme disease and Dr Mayne continued to maintain at the hearing that he did. Dr Mayne disputed most of the allegations but made some admissions which he sought to justify.

    Decision

    On 1 May 2017, the Professional Standards Committee found all allegations against Dr Mayne proved and that the conduct amounted to unsatisfactory professional conduct. The Committee reprimanded Dr Mayne. As Dr Mayne is not currently a registered medical practitioner, the Committee ordered that should he return to the register, he must:

    Practice in an accredited group general practice;
    Not to advice, diagnose or treat patients who he believes to have or may have Lyme disease or similar tick-borne disease;
    Practice under supervision;
    Undergo an audit of his medical practice;
    Complete courses in prescribing medications and record keeping.

    Further Information
    The full decision is available here and will be published on the Medical Council of New South Wales’ website.

    For further information, contact the Executive Officer of the Health Care Complaints Commission, on 9219 7444 or send an email to [email protected]
  11. https://en.scio.pw/Health_Care_Complaints_Commission
  12. Professional Standards Committee Inquiry (Enquête du Comité des normes professionnelles) suite à une plainte du HCCC concernant le Dr Peter James Mayne